Browsing Tag

job

humeurs

Comment faire le choix qui changera ta vie ?

3 juin 2015
bureau

Quand tu es en 3ème et qu’on te demande de faire le choix de ton orientation, c’est à ce moment-là qu’il ne faut pas se tromper ? Comment faire un choix ? Je pense que non, on est si jeune qu’on a le temps de faire des choix qui peuvent faire varier notre voie professionnelle. Le parcours d’une personne n’est jamais tracé ou fixe, on peut presque faire ce qu’on souhaite.

On est en 2015, mais je trouve que certains clichés ont encore la vie dure. Pourquoi il faudrait absolument que notre vie à 30 ans soit : un CDI, être propriétaire d’une maison, être marié (pacsé au pire) avoir eu un enfant et attendre le second dans quelques semaines ?

J’ai 27 ans et je n’ai rien de tout ça, genre AUCUN. Je ne trouve pas pour autant que ma vie soit si nulle, j’ai fait des études qui m’ont beaucoup plu, j’ai fini mon Master Patrimoine en 2012, c’était y a pas si longtemps. Et le fait de faire de longues études repousse la date de début de travail (et oui!).

C’est une copine qui m’a fait remarquer que le cliché de mariage + maison = bébé était encore bien présent. Elle s’est mariée en juin 2014 et ils ont acheté leur maison juste après. Ma copine est en CDI et son mari gère son entreprise.  Les personnes autour d’elle, que ce soit SA famille, sa belle-famille, ses collègues, posent depuis quelques mois TOUS la même question : OU EST LE BÉBÉ ??? Euh, j’ai envie de dire merde quoi, chacun fait ce qu’il veut non ? Je trouve que cela se transforme en pression, pas agréable du tout. Il faut noter aussi ce n’est pas parce qu’un garçon à 29 ans et sa copine 22 qu’ils sont prêts à avoir un bébé 🙂 Bref, mon article n’est pas sensé parler de bébé.

J’ai choisi le milieu culturel, et vous vous en doutez, les financements culturels font partis des premiers à ne pas être versés en temps difficile. MAIS des contrats sont tout de même proposés de 1 à 3 et parfois 6 mois. Avoir une stabilité professionnelle n’est pas fondamentale pour certains, j’en suis à un point qu’un contrat de 6 mois m’irait.

Comment on fait pour prendre telle ou telle décision ? Chaque choix influence l’avenir.  J’ai dû il y a pas longtemps faire un choix compliqué. Même si j’aimerai travailler dans le milieu culturel, j’ai accepté l’année dernière de travailler pendant 2 mois pour une société d’assistance téléphonique automobile. Autant vous dire qu’au début je flippais tellement j’y connaissais rien. Mais après une semaine de formation et une semaine de tutorat j’étais lancée. C’était une expérience tellement différente, les horaires changent tous les jours, on peut commencer entre 7h30 et 15h15 pour finir entre 15h15 et 23h, on change d’étage et de bureau tous les jours. Autant dire qu’au début on est un peu perdu, on rencontre tellement de personnes différentes, et on a qu’une journée pour leur parler. C’était pas du tout un travail pour moi.

Une fois que j’avais terminé mon contrat, ils m’ont proposé de me reprendre deux mois après, et j’étais contente car en hiver c’est plus compliqué de trouver un poste. Les lieux touristiques ouvrent pendant l’été, c’est un peu plus facile car il y a plus d’offres.

J’appréhendais d’y retourner, car pendant la dernière semaine, j’avais qu’une hâte  : que cela se termine. J’y suis retournée aussi en février et mars, car je n’avais trouvé que des offres culturelles qui débutaient pour avril-mai. C’est là qu’ils m’ont proposé un contrat de 9 mois, autant dire un bébé licorne de mon point de vue. J’avais le choix de travailler là-bas jusqu’en novembre 2015, ou essayer de trouver un boulot dans la culture pour l’été. J’ai refusé leur offre. J’ai passé 5 entretiens en 2 semaines.. J’ai repris espoir, car j’avais postulé pour un poste au Mont St Michel, et j’ai été tellement surprise de faire partie des 10 candidats pour les entretiens! Finalement j’ai été prise pour un contrat de 2 mois (juillet-août) plus près de chez moi, JOIE!

On est le 3 juin, je ne regrette pas ce choix. Je leur ai donné mes disponibilités, ils m’ont fait un contrat pour juin 2015 et un pour septembre 2015 ! Jongler entre les deux ça me va, au début je voyais ce poste un peu comme un bouche-trous entre contrats. Là j’y retourne bientôt, j’appréhende moins, je maitrise ce métier qui à la base n’est pas fait pour moi. Avec tous les clichés je me dis : devrais-je pas arrêter de chercher dans la culture pour trouver un CDI ailleurs ? Mais qui a dit qu’il fallait un CDI pour être heureux ? Il est clair que c’est plus pratique pour certains trucs, mais quand y en n’a pas on n’a pas trop le choix, il faut faire avec!

J’ai quand même un peu peur du prochain choix que je vais devoir faire ? Dois-je trouver un nouveau domaine qui m’accepterai et que j’apprécierais ? J’ai un peu de temps pour y penser, jusqu’en septembre, mais j’ai peur de me retrouver trop proche de l’hiver avec les contrats qui disparaissent. Je n’ai pas envie d’abandonner déjà, car je n’ai pas passé 5 ans de ma vie à étudier le patrimoine, pour le laisser de côté. J’ai peur d’avoir besoin de stabilité, alors pourquoi pas trouver un job sympa dans un domaine cool ? J’ai l’impression de faire ma difficile! Certains sont bien en CDI et veulent tout de même changer de boulot. (poke) Le CDI n’est donc pas une « fin » en soi, et le plus important est d’avoir un travail qui nous plait. Il faut se lever le matin!

Bref, tout ça pour dire, je ne sais pas où je serais cet hiver, mais j’ai envie d’y croire. J’ai envie de croire que trouver le boulot idéal est possible (j’ai des amis qu’on trouvés, même dans mon domaine!). On ne sait pas ce que l’avenir nous réserve…