emotion wizard

Le récit de mon accouchement

18 juillet 2019
recit-accouchement

Bonjour,

Il est grand temps de vous parler du récit de mon accouchement ! Ce qu’il faut savoir ce que je n’ai pas eu une grossesse idyllique. Vous pouvez lire le résumé de mon premier trimestre de grossesse ici

Lundi 19 Novembre

16h30 Les analyses du jour ne sont pas bonnes, il faut que le bébé naisse. Je cite « il sera mieux dehors que dedans« . Ça fait plus d’un mois que ma tension est trop haute, j’ai été hospitalisée 2 fois 7 jours afin de trouver un médicament pour y remédier…

19h Début du déclenchement. Ils me gardent à la clinique mais aucune chambre n’est disponible ils m’installent en chambre de naissance. On va me poser un propess, ce n’est pas douloureux, c’est comme un petit tampon.

Et là on attend…

J’ai passé une nuit horrible dans la salle de naissance, rien n’est adapté ( clim trop forte, avec écrans, lit dur, pas de volets) et j’étais même pas en pyjama car reliée à une perfusion. On m’a autorisé à manger du pain que vers 22h !

Mardi 20 novembre

Au matin un mal de crâne énorme, j’ai fait des petites siestes durant la nuit. J’ai eu le droit de prendre un petit déjeuner vers 10h, heureusement car j’allais tomber par manque d’énergie et de fatigue. Puis j’ai essayé de me reposer tout la journée en commençant à avoir mal dans le bas du dos dans l’après-midi. C’était bon signe vous pensez ?! On m’a donné une bouillotte ça m’a un peu aidé. J’ai passé la journée la tête dans le vide à attendre, en fixant le plafond, en cherchant une position confortable…

19h Après l’examen pour savoir où on en était, ils ont décidés de me laisser « tranquille » cette nuit… Je me suis sentie mal pendant toute cette journée, je n’avais toujours pas de chambre, du coup lorsqu’on m’a proposé de me laver, ça m’a fait tilte! Je n’avais pas de douche dans ma « salle », j’étais avec mes vêtements de la veille, dans un état second. Ce bain a été le meilleur moment de ma journée! J’étais à l’ouest pour ne pas y avoir pensé avant!

Mercredi 21 novembre : Jour J

7h30 : bilan et mise en place du gel dans le vagin (ça fait moins mal que je pensais avec la seringue)… puis 2h de monitoring : attente des contractions… On me transfuse de l’ocytocine.

12h : Première contraction

L’auscultation pour voir l’ouverture du col m’a fait tellement mal, mon col n’était pas du tout prêt, c’est ce qui m’a fait le plus mal pendant ces 10 jours. Je criais à la sage femme d’arrêter, mais elle n’arrivait pas à voir à combien c’était ouvert. Les contractions étaient dans le bas du ventre et bas du dos, elles deviennent alors de plus en plus fortes (les dernières étaient incontrôlables). A partir de ce moment là j’ai eu beaucoup de mal à gérer mes contractions.

photo-grossesse

13h  l’ouverture était de 3cm, pour eux c’était bon pour la pose de la péridurale…La sage femme dit que c’est un homme d’expérience l’anesthésiste, et en effet je ressens aucune douleur pendant la pause. Et là ça va mieux ! Pendant une heure c’est super ! Et petit à petit je ressens à nouveau les contractions… La péridurale avait sautée, il est revenu la reposer une seconde fois ! Puis mon ami se rend compte que j’ai le dos en sang… la péridurale avait encore sautée une seconde fois !

16h On perce la poche des eaux, je douille. On me repose une troisième péridurale, l’anesthésiste me dis qu’il a jamais vu ça…Et là, la péridurale ne fonctionne pas non plus. Là j’avoue j’ai eu peur, je ne pouvais pas continuer avec cette douleur! Je leur demande de trouver quelque chose pour me soulager. Ils me prêtent un masque hilarant, au bout de 2 bouffées j’avais l’impression d’être bourrée ! Après plusieurs inspirations je sentais la douleur tout en étant ailleurs, tout en perdant la notion de mes mouvements… Légèrement dangereux!

Ils ont enlever la perfusion d’ocytocine… (on recule?) Je ne pouvais plus tenir comme ça, le col était toujours à 3 cm, dès 13h ils avaient dit que si cela ne fonctionnait pas il y aurait une césarienne. Quand j’ai regardé la tête de mon ami, qui était a bout comme moi, j’ai compris que je ne pouvais pas endurer plus. Ils m’ont dit de leur donner le feu vert pour faire la césarienne et après un petit moment je l’ai fait. Déjà 2 jours que je ne dormais pas, leurs examens me faisaient souffrir, j’en pouvais plus, j’ai fait tout ce que j’ai pu.

21h

Ils m’ont préparé pour le bloc, mon ami aussi. C’était horrible cette impression d’être à poil étalée devant tous….Et là le même anesthésiste (qui m’a fait les 3 péridurales) revient pour faire l’anesthésie locale, j’étais en panique, je lui ai dit « vous me rater pas cette fois! » Il a dit que ce n’était pas possible ce n’était pas le même type de calmant. On nous a dis « préparez vous votre bébé va bientôt être là » et heureusement car ça a été très vite!

21h13 On m’a dit de prendre une grande inspiration, et là on entend des pleurs ! On nous montré Nora très vite ! Mon ami a pu couper une partie du cordon déjà coupée. Ils l’ont mise sur une grande table à langer avec une lumière chauffante, avec un petit masque à oxygène pour se calmer, ils l’ont pesée… Puis direction une salle pour faire le peau à peau avec le papa pendant que maman se faisait recoudre et était en salle de réveil…

Ce n’était pas comme une naissance par voie basse, la rencontre était intense, mais vraiment différente.

23h30

J’ai pu la prendre elle avait les mains violettes elle avait de long cils et de beaucoup de cheveux bruns. J’étais totalement à l’ouest. J’étais tellement contente de l’avoir dans mes bras et j’étais tellement en colère de fatigue suite à ces 2 jours pourris… On nous a mis dans une chambre double (miracle une chambre) donc mon ami n’avait pas le droit de rester! Alors là j’étais à 2 doigts d’ hurler. J’avais choisi la clinique Jules Verne, justement car les papas pouvaient rester! Là après 2 nuits sans chambre, on lui dit de partir, c’était abusé! J’avais besoin de lui… Avec la césarienne et la sonde urinaire je ne pouvais pas bouger!

Jeudi 22 Novembre

Je n’ai pas dormi de la nuit, en même temps ils n’avaient pas éteint la lumière, Nora était à côté de moi dans son berceau transparent. Pendant la nuit une auxiliaire est venue changer sa couche. J’ai réussi à marcher difficilement pour aller aux toilettes, suite au retrait sans douleur de la sonde urinaire. J’avais tellement râlé, qu’on a enfin été déplacé dans une chambre à 12h! Le soulagement, puisqu’il faut le dire avec la césarienne m’occuper de Nora était presque impossible! Je n’ai pas changé de couches pendant au moins 3 jours!

bébé-naissance-histoire

Samedi 24 Novembre

On ne dort pas de la nuit Nora fait des petits bruits, on n’est pas habitué, mais on est fasciné par ce bébé d’amour.

17h Ma cicatrice saigne, le médecin refait le pansement.

19h Le médecin refait des points, directement dans le lit!

Dimanche 25 Novembre

La cicatrice saigne encore au petit matin.

10h30 Direction le bloc pour rouvrir et arranger le tout… Comment dire j’étais ravie, j’allais enfin dormir ahah… J’ai laissé Nora avec son papa et ils m’ont ramené là bas. Je me souviens de m’être dit à ce moment, chaque jour une galère différente, ça s’arrête quand ?! J’étais blasée.

12h Retour vers la chambre dans les vapes à cause de l’anesthésie générale…

Lundi 26 Novembre

Après une bataille jusqu’à 15h pour finir les papiers on sort de la clinique, on est resté bloqués à un barrage des gilets jaunes (c’était le premier weekend!), j’ai cru que j’allais hurler, je tenais à peine dans la voiture et on voulait mettre notre petit bébé en sécurité! Je me souviens que je me suis dit en rentrant  » on plus de bouton pour appeler de l’aide ou poser des questions »…. la panique…

Mon corps et la césarienne

Enlever les agrafes ne m’a pas fait mal. Au début il est dur de regarder cette cicatrice, elle est grosse et monstrueuse. Il a fallu attendre 12 jours pour aller vraiment mieux. Même la montée de lait qui m’a fait mal c’était rien qu’une distraction, un déplacement de la douleur. J’avais mal au dos, j’ai dû porter des bas de contention pendant 1 mois. J’ai dû avoir 1 piqûre par jour pendant 10 jours pour ne pas avoir de phlébite. A Noël, un mois après, je tenais de justesse sur ma chaise, j’ai demandé des coussins pour pouvoir tenir de 12h à 18h.

Les meilleurs conseils que je peux vous donner c’est de prendre soin de votre cicatrice. J’ai été chez le Kiné, elle a beaucoup massé ma cicatrice, je l’ai hydraté avec de l’huile de rose musquée. Aujourd’hui je ne regrette pas, elle est plutôt « jolie », mais il a fallu attendre 6 mois pour qu’elle soit « présentable ».

Un petit mot sur le bébé 

récit-accouchement
Photo par Margaux Graphy

Ce qui m’a fait tenir le coup c’était que Nora allait bien du début à la fin de cet accouchement. J’ai clairement eu une grossesse compliquée, mais l’accouchement était « brutal » niveau émotions!

On a eu un bébé en or, elle a fait beaucoup de coliques au début, mais on avait une énergie débordante pour s’occuper d’elle. Elle a commencé à dormir 3 jours après que j’ai repris à travailler, si c’est pas un bébé génial ça ?! Bref, aujourd’hui elle a déjà 7 mois, et chaque jour on s’émerveille devant notre trésor qu’on aime tellement.

 

You Might Also Like

Pas de Commentaires

Laisser une réponse

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.