Browsing Category

histoire

culture, forêt, histoire

La vie : Moyen-âge vs Aujourd’hui

26 novembre 2015
vie au moyen age

J’ai tellement aimé mes cours à la fac,  notamment ceux sur la période du Moyen-âge ! La majorité du texte est pour la vie seigneuriale (un peu plus aisé). C’est parti pour la découverte des habitats, pièces par pièces :

La vie au moyen âge vs aujourd’hui

La Chambre

chambre moyen age

Dès la fin de l’empire carolingien le seigneur doit assister tous les jours à la messe. D’ailleurs lorsqu’on construit sa maison, la chambre n’est jamais au-dessus de la chapelle, on place la chapelle à l’étage, car on ne vit pas au « dessus de dieu. » La chambre est divisée en deux, d’un côté le seigneur et de l’autre les domestiques. Oui à l’époque on dort avec ses employés, on peut même aller jusqu’à faire dormir une dizaine de personnes dans la même chambre. On peut manger dans sa chambre lorsque le seigneur est seul ou avec sa femme. On dort nus avec un bonnet. Il existe également des « chambres de parement » c’est une pièce officielle, où l’on peut recevoir, jouer, on n’y dort pas.

Aujourd’hui : Il y a certaines ressemblances, même si nous dormons à une ou deux personnes maximum.  Il m’est déjà arrivé de manger dans ma chambre, de lire, de regarder une série… Alors pour moi, c’est pareil qu’à l’époque^^ (mais je n’ai pas de lit à baldaquin)

La Grande Salle / La salle à manger

grande salle salon

La grande salle sert à recevoir, à rendre la justice et aussi à manger. On mange sur des tables mobiles (ex: tréteaux) car une fois le repas fini on démonte la table, et la salle sert aux autres activités. Souvent la salle est décorée, parée, une cheminée y est installée et on installe la personne avec le plus de pouvoir dos à la cheminée. L’été on peut la cacher avec une tenture (grande tapisserie). La fourchette n’existe pas, la cuillère et le couteau servent uniquement à manger sur une planche de bois. Il est courant de remplumer un animal cuit déplumé, pour ne pas qu’il refroidisse. Pour les plus riches, pendant le repas des fleurs fraiches sont étalées sur le sol, avec des arbres en pot autour de la table. N’oublions pas que la forêt a un rôle important, elle permet de se nourrir.

Aujourd’hui : On ne s’amuse pas à déplacer nos meubles, si on a une cheminée il ne nous vient pas à l’idée de la cacher… On mange avec une fourchette c’est quand même plus pratique. On utilise des fleurs fraiches que pour les mariages non ? En tous cas ceux qui chassent le font par plaisir maintenant!

L’étude / Le bureau

bibliothèque étude

On y range les livres, les bibelots, on y travaille, on y lit, on y écrit. L’étude est nos bureaux d’aujourd’hui. Certains aiment bien les vieux grimoires comme décoration, et je les comprends!

L’étuve / La salle de Bains :

salle de bain étuve

On considère souvent que les personnes au Moyen-âge sont sales, mais elles sont plus propre qu’à l’époque du Roi Soleil. A cette époque les toilettes sont des latrines, on défèque dans un endroit spécifique, alors qu’à l’époque classique on ne se gène pas, y compris derrière des rideaux (rires) ! Leur salle de bains sont inspirées des thermes antiques, ce sont des pièces où on apporte de la chaleur.

Aujourd’hui : Leurs étuves ressemblent un peu à nos saunas et autres choses agréables de Thalasso.

La décoration :

décoration moyen age

C’est un peu paradoxal les pièces sont pensées en fonction du mobilier (la table détermine la position de la fenêtre), mais le mobilier est mobile, on le déplace avec nous lorsqu’on se rend dans une autre demeure. (Nous parlons ici des personnes les plus riches…) Le sol est pavé de losanges ou carré de céramique. Les murs sont presque tous tapissés, les plafonds sont peints. La couleur bleue est la plus chère, au dessus des tapisseries il y avait des blasons avec les symboles de la famille.

Aujourd’hui : nos murs sont nettement moins chargés, on ne travaille pas non plus nos plafonds, et je pense que pour les plus riches c’est aussi le cas.

Nantes au Moyen-âge :

Nantes à cette époque était un port de changements de cargaisons : les grands bateaux de mer débarquent leur cargaison dans des plus petits bateaux, des gabares. Ce sont des bateaux conçus pour ne voyager qu’une fois. Ils sont chargés à Nantes en 14 jours ils arrivent à Paris en remontant la Loire. Les pièces démontées servent à construire des maisons une fois à la capitale. Au IXème siècle les vikings ont envahis Nantes, ils ont été repoussés en 937 par Alain Barbe Tort!

Voilà pour une petite dose d’histoire!

cana, histoire, Joconde, kiko, leonard de vinci, louvre, manucures, mo you, nail art, sfumato, stamping, tableaux, veronèse, œuvres

An Artistic Thursday #2 Leonard de Vinci

14 novembre 2013

Bonjour !

Aujourd’hui pour cette deuxième édition d’An Artistic Thrusday je vous propose mon interprétation du tableau le plus célèbre au monde. Pour ceux qui détestent l’art ou qui vivent au fond d’une grotte, c’est Leonard de Vinci qui a peint ce portrait de Mona Lisa entre 1503 et 1506, il est exposé au Louvre à Paris. (oui partons sur de bonnes bases!)
Ce tableau est connu car il a inspiré de nombreux artistes, comme Duchamp avec son LHOOQ (lire les lettres une par une), mais aussi parce que ce minuscule portrait a été volé en 1911, il sera retrouvé deux ans plus tard. L’histoire relate que l’Italien l’avait volé pour le ramener en Italie par patriotisme ! Mais ce qu’il faut savoir c’est que même si c’est un peintre italien l’auteur, le tableau appartient à François 1er.
Je ne sais pas si vous avez déjà été le voir au Louvre ? J’avais étudié ce tableau plusieurs années avant de le voir pour la première fois, et vous savez quoi ? Le jour où je me suis retrouvée devant j’ai été déçue. Oui, car déjà une foule de personnes se dresse entre toi et le tableau (contre coup de sa renommée). Et ce tableau est un portrait, un portrait ce n’est jamais immense, celui-ci mesure 77 cm sur 53 cm. Si bien quand je l’ai aperçu il était caché derrière une épaisse vitre de protection, mais surtout il avait l’air minuscule sur ce long mur ! Et là au bout d’un moment je me suis retournée face aux Noces de Cana de Véronèse. Bon petit éclaircissement sur ce tableau (que j’avais également étudié) : selon le Nouveau Testament (tome 2 de la bible) c’est le moment où Jésus aurait transformé l’eau en vin, c’est le moment où ses disciples crurent en lui (oui le Christ au centre du tableau pique la vedette aux mariés). Ce tableau de célébration mesure 990cm sur 660cm, oui tu as bien lu, il mesure 9 mètres! BAM! Alors quand on se retrouve devant on est juste ébahi, on imagine le temps passé à peintre cette toile, et on se rend compte qu’on mesure la même taille que les personnages du tableau. Bref n’hésitez pas à me faire partager votre expérience à ce sujet, passons à la manucure!
J’ai posé en base le Coachella d’Orly puis avec un joli Kiko taupe et le vernis Beige du kit Geometric Rare Nails j’ai fait un dégradé. J’ai essayé de me rapprocher le plus possible de la toile de fond du tableau mais ce n’était pas franchement facile d’imiter le sfumato ! Ensuite j’ai pris ma plaque Mo You Tourist Collection – 7 ou se trouvait notre jolie Joconde. Voilà j’ai stampé son buste sur mes ongles avec un vernis noir Kiko. 
Je vous dis à Jeudi prochain pour une manucure plus POP!

biscuit, biscuiterie nantaise, BN, choco BN, Cossé, culinaire, gâteau, histoire, Lefèvre-Utile, lu, nantes, origine, patrimoine, petit beurre, petit lu

LU & BN – Histoires des Biscuits – SYL

19 décembre 2012
Bonjour !
J’attendais cet article avec impatience! J’ai choisi de vous parler du patrimoine culinaire de la ville de Nantes. Pourquoi ? Nantes c’est la ville où je vis, la ville que j’aime découvrir. Je travaille dans le milieu culturel, et j’adore le patrimoine qu’il soit architectural, artisitique, historique…
J’adore apprendre des informations sur des choses que je connais que vaguement, pas vous ?
Je vais donc vous parler des biscuits que vous connaissez tous et qui sont nés à Nantes!
Les marques LU
et BN
 
 Savez-vous ce que signifie LU ? Savez-vous que la première usine était dans le centre ville de Nantes ? Savez-vous ce que signifie BN ? Que son usine était également à Nantes ?

 Petite Histoire de LU



Publicité LU

En 1846 Jean-Romain Lefèvre s’installe à Nantes et ouvre sa pâtisserie, ses biscuits bousculent les habitudes des nantais, car il utilise des pratiques de l’est de la France, qui sont alors différentes des biscuits que mangent les nantais : les biscuits de mer. Il va se marier avec Pauline-Isabelle Utile et c’est après ce mariage que la fabrication de ses biscuits sera reconnue.

  Son épouse ayant le sens du commerce, ils achètent une boutique qu’ils nomment « Fabrique de biscuits de Reims et de bonbons secs ». La maison LU  construit son succès sur la qualité de ses produits mais aussi sur la constance de sa production.

La boutique est appréciée pour la vente de ses produits de qualité mais aussi pour son architecture. Elle est vaste (150 m2) et haute, possède de belles moulures et des lustres mais aussi des boiseries murales conférant à l’ensemble un caractère haut de gamme et raffiné. Les produits vendus sont les Biscuits de Reims, les boudoirs, les Biscuits vanille, les biscuits champagne, les langues de chat, les macarons, les massepains et les Petits-Fours aux amandes. 

Usine Lu



Publicité Lu

Les biscuits sont disposés dans des coupes de cristal à pieds et plusieurs présentoirs présentent les biscuits destinés à la décoration. Des serveuses assurent l’accueil des clients qui choisissent les produits qu’il désirent. Ils sont récupérés par la serveuse grâce à des pinces, fait rare à l’époque, et placés dans un emballage le mettant en valeur.

 Des boîtes en carton permettent par la suite d’emporter ses produits afin de les offrir. Lefèvre-Utile invente plusieurs types de boîtes habillées de scènes champêtres ou enfantines en couleurs. Les biscuits sont alors offerts lors des repas dominicaux ou pour de grandes occasions. Les biscuits LU deviennent des produits de choix.

 

Le Lieu Unique aujourd’hui

En 1885 Louis Lefèvre-Utile fait construire, une manufacture de biscuits de 2 000 m2 de haute technologie à la place des bâtiments de l’ancienne filature. Il y installe des fours et une machine à vapeur.  Plus du tiers de la production est alors assuré par le célèbre Petit-Beurre né en 1886. Dès sa sortie, le produit est apprécié par les clients et par les critiques.

 Aujourd’hui, l’emplacement de l’usine est utilisé par un espace dédié à la culture : Le Lieu Unique. On y trouve un bar, des expositions, un hammam, une librairie, une salle de concert…

 
Publicité pour Lu à Trentemoult
La tour LU par Jean Jullien (artiste Nantais)

 Petit résumé : LU signifie Lefèvre-Utile, c’est créateur de la marque depuis 1846. Le biscuit qu’on connait tous : le Petit-Beurre est né en 1886. Aujourd’hui à la place de l’usine on peut trouver un lieu culturel : le Lieu Unique.

Petite histoire de BN



Publicité pour la BN Source

La biscuiterie nantaise est fondée en 1896 par un groupe de négociants nantais place François II à Nantes.
Dès 1902 le chiffre d’affaires de la biscuiterie est multiplié par trois grâce à des produits comme les madeleines, les boudoirs, les macarons…

En 1902 ce sont André Brissoneau-Lotz, issu d’une famille de grands industriels nantais de la construction mécanique, et Pierre Cossé qui sont à la tête de la biscuiterie.

Durant la Première Guerre mondiale de 1914 à 1918 la production de l’usine est bouleversée. Les jeunes ouvriers sont réquisitionnés et la BN se voit attribuer la fabrication du fameux pain de guerre, le « hard bread », qui est destiné à nourrir les soldats pour le front.

Lancement en 1922 du fameux « Casse-Croûte BN », biscuit simple et économique qui devient l’emblème de la biscuiterie.



                      Ancienne publicité pour le Choco BN

   Petit résumé :  BN signifie Biscuiterie Nantaise lancée en 1896. Le biscuit qu’on connait tous : le choco-BN est né en 1922.

 …

J’espère ne pas avoir été trop longue, et que vous avez appris des petites choses cools. RDV mercredi prochain pour la prochaine SYL! A savoir que c’est le dernier mercredi du mois, alors avec Élodie, on a choisi comme thème : 
Best-Of ! 
Libre à vous de nous montrer ce que vous avez préféré cette année, que ce soit en blog mode, en photo de mode, en nail art, en cuisine, en séries, en film … Ou aussi votre best-of des participations à la SYL… (J’ai refait mon onglet, vous pouvez retrouver la liste des participants)
Faites vous plaisir! Merci encore pour vos participations ♥
Si vous avez des idées de thèmes, je vous écoute ! On en parlera avec Élodie, et s’ils nous inspirent on pourra les utiliser (avec votre accord). Si vous voulez voir son article c’est ici.


biscuit, biscuiterie nantaise, BN, choco BN, Cossé, culinaire, gâteau, histoire, Lefèvre-Utile, lu, nantes, origine, patrimoine, petit beurre, petit lu

LU & BN – Histoires des Biscuits – SYL

19 décembre 2012
Bonjour !
J’attendais cet article avec impatience! J’ai choisi de vous parler du patrimoine culinaire de la ville de Nantes. Pourquoi ? Nantes c’est la ville où je vis, la ville que j’aime découvrir. Je travaille dans le milieu culturel, et j’adore le patrimoine qu’il soit architectural, artisitique, historique…
J’adore apprendre des informations sur des choses que je connais que vaguement, pas vous ?
Je vais donc vous parler des biscuits que vous connaissez tous et qui sont nés à Nantes!
Les marques LU
et BN
 
 Savez-vous ce que signifie LU ? Savez-vous que la première usine était dans le centre ville de Nantes ? Savez-vous ce que signifie BN ? Que son usine était également à Nantes ?

 Petite Histoire de LU



Publicité LU

En 1846 Jean-Romain Lefèvre s’installe à Nantes et ouvre sa pâtisserie, ses biscuits bousculent les habitudes des nantais, car il utilise des pratiques de l’est de la France, qui sont alors différentes des biscuits que mangent les nantais : les biscuits de mer. Il va se marier avec Pauline-Isabelle Utile et c’est après ce mariage que la fabrication de ses biscuits sera reconnue.

  Son épouse ayant le sens du commerce, ils achètent une boutique qu’ils nomment « Fabrique de biscuits de Reims et de bonbons secs ». La maison LU  construit son succès sur la qualité de ses produits mais aussi sur la constance de sa production.

La boutique est appréciée pour la vente de ses produits de qualité mais aussi pour son architecture. Elle est vaste (150 m2) et haute, possède de belles moulures et des lustres mais aussi des boiseries murales conférant à l’ensemble un caractère haut de gamme et raffiné. Les produits vendus sont les Biscuits de Reims, les boudoirs, les Biscuits vanille, les biscuits champagne, les langues de chat, les macarons, les massepains et les Petits-Fours aux amandes. 

Usine Lu



Publicité Lu

Les biscuits sont disposés dans des coupes de cristal à pieds et plusieurs présentoirs présentent les biscuits destinés à la décoration. Des serveuses assurent l’accueil des clients qui choisissent les produits qu’il désirent. Ils sont récupérés par la serveuse grâce à des pinces, fait rare à l’époque, et placés dans un emballage le mettant en valeur.

 Des boîtes en carton permettent par la suite d’emporter ses produits afin de les offrir. Lefèvre-Utile invente plusieurs types de boîtes habillées de scènes champêtres ou enfantines en couleurs. Les biscuits sont alors offerts lors des repas dominicaux ou pour de grandes occasions. Les biscuits LU deviennent des produits de choix.

 

Le Lieu Unique aujourd’hui

En 1885 Louis Lefèvre-Utile fait construire, une manufacture de biscuits de 2 000 m2 de haute technologie à la place des bâtiments de l’ancienne filature. Il y installe des fours et une machine à vapeur.  Plus du tiers de la production est alors assuré par le célèbre Petit-Beurre né en 1886. Dès sa sortie, le produit est apprécié par les clients et par les critiques.

 Aujourd’hui, l’emplacement de l’usine est utilisé par un espace dédié à la culture : Le Lieu Unique. On y trouve un bar, des expositions, un hammam, une librairie, une salle de concert…

 
Publicité pour Lu à Trentemoult
La tour LU par Jean Jullien (artiste Nantais)

 Petit résumé : LU signifie Lefèvre-Utile, c’est créateur de la marque depuis 1846. Le biscuit qu’on connait tous : le Petit-Beurre est né en 1886. Aujourd’hui à la place de l’usine on peut trouver un lieu culturel : le Lieu Unique.

Petite histoire de BN



Publicité pour la BN Source

La biscuiterie nantaise est fondée en 1896 par un groupe de négociants nantais place François II à Nantes.
Dès 1902 le chiffre d’affaires de la biscuiterie est multiplié par trois grâce à des produits comme les madeleines, les boudoirs, les macarons…

En 1902 ce sont André Brissoneau-Lotz, issu d’une famille de grands industriels nantais de la construction mécanique, et Pierre Cossé qui sont à la tête de la biscuiterie.

Durant la Première Guerre mondiale de 1914 à 1918 la production de l’usine est bouleversée. Les jeunes ouvriers sont réquisitionnés et la BN se voit attribuer la fabrication du fameux pain de guerre, le « hard bread », qui est destiné à nourrir les soldats pour le front.

Lancement en 1922 du fameux « Casse-Croûte BN », biscuit simple et économique qui devient l’emblème de la biscuiterie.



                      Ancienne publicité pour le Choco BN

   Petit résumé :  BN signifie Biscuiterie Nantaise lancée en 1896. Le biscuit qu’on connait tous : le choco-BN est né en 1922.

 …

J’espère ne pas avoir été trop longue, et que vous avez appris des petites choses cools. RDV mercredi prochain pour la prochaine SYL! A savoir que c’est le dernier mercredi du mois, alors avec Élodie, on a choisi comme thème : 
Best-Of ! 
Libre à vous de nous montrer ce que vous avez préféré cette année, que ce soit en blog mode, en photo de mode, en nail art, en cuisine, en séries, en film … Ou aussi votre best-of des participations à la SYL… (J’ai refait mon onglet, vous pouvez retrouver la liste des participants)
Faites vous plaisir! Merci encore pour vos participations ♥
Si vous avez des idées de thèmes, je vous écoute ! On en parlera avec Élodie, et s’ils nous inspirent on pourra les utiliser (avec votre accord). Si vous voulez voir son article c’est ici.