Browsing Category

danien buren

colonnes, danien buren, jardins versailles paris, les deux plateaux, scandale

BUREN : Les deux plateaux, les colonnes.

27 mai 2011
colonnes de buren

 

deux_plateaux_buren

 

 

deux plateaux buren

 

 

 

 

 

L’œuvre de Daniel Buren a suscité bien des scandales et des polémiques ! Il faut comprendre que c’est l’une des plus imposante œuvre d’art contemporain au sein même de la cour du Palais Royal de Paris qui lui est d’architecture française classique ! Pour lire un article sur les polémiques (vraiment intéressant), c’est ici.

danien buren, louvre, orsay, paris, sainte chapelle

Le petit Trianon

7 mai 2011

Je reviens de Paris, et comme à chaque fois, j’ai l’envie d’y rester ! Super, mais épuisant ! Nous avons visités Versailles, le Louvre, Orsay, La Sainte Chapelle, Le deux plateaux de Buren… Les photos arrivent ! Commençons avec le petit Trianon de Marie-Antoinette ! J’adore la photo de la fenêtre depuis l’intérieur !

Versailles c’est Grandiose on a envie d’y passer notre vie, de tout photographier de tout garder en mémoire. Je vais vous présenter des photos magiques, du jardin du Petit Trianon, mais aussi de l’intérieur.

petit trianon
petit trianon
petit trianon
petit_trianon
chambre du petit trianon lit
vue depuis le petit trianon
petit trianon jardin
C’est sous l’impulsion de sa favorite, Madame de Pompadour, que le roi Louis XV fit ordonner la construction d’un petit Trianon. Le chantier, confié à Ange-Jacques Gabriel, dura 6 ans, de 1762 à 1768. Le lieu choisi pour cette nouvelle construction était l’ancien jardin botanique du Roi créé par Claude Richard. Mais Madame de Pompadour, celle à qui était destiné le château, mourut le 15 avril 1764, n’assistant pas à l’achèvement de son œuvre. C’est avec sa nouvelle favorite, Madame Du Barry, que Louis XV inaugura le Petit Trianon. Louis XV meurt en 1774, la Comtesse Du Barry doit quitter Trianon. Dès son avènement, Louis XVI offre le château à sa femme Marie-Antoinette par cette formule : « Vous aimez les fleurs, Madame, j’ai un bouquet à vous offrir. C’est Trianon ». Marie-Antoinette entreprit de nombreux travaux dans le château et dans le domaine. Suite à la Révolution française, le château tombe dans l’oubli. Il est une première fois restauré sous la l’Empire pour l’impératrice Marie-Louise, puis une deuxième fois sous le Second Empire par l’Impératrice Eugénie.
art, buren, colonnes, danien buren, déclaration, estuaire, explication, interview, les anneaux, lignes, nantes, signification, voyage à nantes

DANIEL BUREN : les Anneaux à Nantes

15 février 2011
Daniel Buren, est l’artiste français le plus connu à l’étranger. Comme je vous l’ai dit avant il a crée une polémique via l’œuvre des deux plateaux au palais royal de Paris. Je travaille actuellement sur son œuvre de Nantes : « Les anneaux. »
Je lui ai donc envoyé un mail pour qu’il me donne d’avantage d’information, et il m’a répondu ! J’étais enchantée de recevoir un mail d’un tel artiste !!! Voici des explications sur l’oeuvre Nantaise « les anneaux » par Daniel Buren.

buren anneaux
Photo prise par moi-même le 28 juin 2013.

 

buren anneaux
Paris le 13.02.11
Chère Céline,Je rentre à l’instant de trois semaines de travail à Baden-Baden où l’ouverture de mon expo s’est faite hier et comme je repars dès demain pour d’autres travaux je vous réponds très vite tout de suite à l’intérieur de votre message même et en rouge. Je vous en souhaite bonne réception.
Je n’interprète jamais les travaux que je fais et laisse ce soin à ceux qui les voient. Je découvre moi-même certains aspects de mes travaux alors qu’ils sont achevés, aspects auxquels je n’ai jamais pensé a priori en élaborant les travaux en questions. D’autres possibles interprétations intéressantes viennent de la part de visiteurs et m’apprennent à leur tour d’autre aspects sur le travail fait.
La seule chose que je peux indiquer c’est la façon dont un travail est fait.
Ici, lorsque l’on m’a proposé ce lieu j’ai eu l’idée de ce qui devrait être fait en même pas 5 secondes ! Vous pensez bien que si la vision de ce que je devais faire fut immédiate, le sens et les interprétations possibles d’un tel travail n’étaient absolument pas envisagés.
J’ai remarqué les promontoires qui servaient de bites d’amarrage aux bateaux, leur rythme et leur disposition et il m’a semblé évident que tout se trouvait déjà là. J’ai donc penser à des cercles, axés vers la mer. Cette direction générale étant décidée, tous les cercles devraient être alignés dans le même sens (même angle etc…) tous égaux et ce sur tous les promontoires jusqu’à ce qu’ils changent eux-mêmes de rythme. Il y en avait donc dix-huit espacés de la même manière et accessible donc le nombre de cercles serait de 18.
Les matériaux maintenant sont simples et robustes. Acier galvanisé. Sur les deux faces de ces cercles sont incrustées des bandes en métal et souples, vernies blanches. Enfin l’éclairage nocturne est assuré par des Led qui entourent
ces cercles en bordure et sont d’une seule couleur à la fois par cercle e au nombre de trois couleurs: bleu, rouge, vert se succédant ainsi tout le long de l’alignement et par ordre alphabétique français. Comme vous l’aurez remarqué, la vision nocturne de l’œuvre est totalement différente de sa vision diurne. Le jour, les cercles encadrent, c’est-à-dire empruntent, de façon variable selon le déplacement du “regardeur”, tout le paysage environnant. Alors que la nuit, c’est un jeu coloré et lumineux qui domine et qui, selon le placement du “regardeur”, s’entrelacent ou se fondent les uns dans les autres.
Le titre enfin est celui qui, a priori et sans trop réfléchir, tombe sous le sens. Il est d’abord directement relié à l’aspect physique de ces cercles dressés au travers desquels les regards passent, puis bien entendu leur emplacement est directement relié aux anneaux qui servent à amarrer les bateaux. Ce titre peut également faire référence aux anneaux de mariage unissant le Fleuve, la Mer et la Terre, puis –moins gai- aux anneaux qui enserraient, emprisonnaient les esclaves qui arrivaient à Nantes et donc à une partie de l’histoire de cette ville. On peut continuer, de fil en aiguille, d’interpréter ce titre depuis sa résonnance la plus concrète et directement visuelle jusqu’aux interprétations plus abstraites, allégoriques ou autres. Tout est ouvert. Le sens de cette œuvre –en s’appuyant au plus près de sa position, de sa forme et de son lieu bien entendu- est libre et regarde chacun également.
Bon travail et bien à vous,

Daniel Buren